S'il y a eu des renseignements concernant l'instrument dans les archives de la paroisse, ils ont disparu dans l'incendie du presbytère en 1963. D'après les experts, dont Bernard Aubertin, l'orgue daterait de 1832 et aurait été construit par Jean-Frédéric Verschneider de Puttelange. Jean Mercier était à cette époque curé de Hommert. Fin du 19è siècle les commandes mécaniques des registres furent remplacées par des commandes pneumatiques par la maison Haerpfer de Boulay. L'alimentation en air du soufflet (poumon de l'orgue) se faisait à l'aide d'un système à deux pédales actionnées par un assistant. Ce dispositif fut conservé lors de l'électrification en 1930 et reprit du service lors des fréquentes pannes de courant pendant la guerre 1939/45. En 1926 le village fut connecté au réseau électrique. Dès 1930 un moteur électrique couplé à une soufflerie fut installé pour alimenter le soufflet et les commandes furent électrifiées. Devenu poussif et plus ou moins capricieux, une rénovation en profondeur s'avéra indispensable. Le chantier fut mis en route vers 1980 par l'abbé Charles Demesse alors curé de la paroisse Hommert-Harreberg et les travaux furent confiés au jeune et talentueux facteur d'orgue Bernard Aubertin du Jura. Celui-ci en fit un instrument très performant dont l'inauguration eut lieu le 14 novembre 1982.

La fonction d'organiste revenait jadis à l'instituteur du village. En 1832 l'instituteur de Hommert était Victor Zeller. Vers 1870 un nommé Klincke fut chargé de cette fonction, celui-ci fut suivi en 1874 par Martin Muller, natif d'Arzviller mais dont la famille était originaire de Hommert. Martin Muller fit fonction d'instituteur, d'organiste et de secrétaire de mairie jusqu'à son départ à la retraite en 1886 et son retour à Arzviller. A partir de 1898 et jusque dans les années 1930 l'orgue était servi par l'instituteur Alphonse Goester. Le successeur de ce dernier, Nicolas Weiss, n'étant pas organiste, le curé Isidore Schoeffler dut faire appel à des personnes de la paroisse en les formant aussi bien que possible. Le premier de ces organistes un peu improvisés était Victor Blaise, remplacé aux vêpres des fêtes par Winger, organiste de Walscheid. Puis le curé Schoeffler, organiste lui-même, se mit à former de jeunes personnes :

-Madeleine Nadler, organiste de 1940 à 1942 (année de son décés à l'age de 18 ans);

-Mathilde Nadler, soeur de la précédente, et Maria Stenger à partir de 1942. Maria fut organiste à Hommert jusqu'à son départ du village après son mariage en 1953. Mathilde, devenue épouse Schlosser, resta en fonction jusque vers 1985, date à partir de laquelle elle fut relayée par son fils, Joseph Schlosser (ordonné prêtre en 1987),puis, à partir de 1987, par son fils, Dominique Schlosser. C'est lui le titulaire actuel de l'orgue de Hommert.




A.Irlinger (novembre 2009)